Cuisine et Jardin

Ma trépidante vie de maman au foyer

La Vengeance du wombat et autres histoires du bush, de Kenneth Cook 26 juillet 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 15:49

Décidément, j’ai de la peine à tenir ma résolution de garder le blog un peu animé malgré les vacances…

Heureusement que j’ai par contre toujours le temps de lire ! Et cette semaine, j’ai tout particulièrement savouré La Vengeance du wombat et autres histoires du bush de Kenneth Cook.

Ce n’est qu’une demi-surprise puisque j’avais déjà adoré Le Koala tueur et autres histoires du bush du même auteur.

On retrouve à nouveau dans ce petit recueil toute une série d’aventures loufoques et irrésistibles qui arrivent à cet écrivain australien.

Et, encore une fois, l’excellente traduction met vraiment en valeur ces nouvelles.

 

Macarons au Torino 22 juillet 2017

Filed under: Côté cuisine,Desserts - douceurs — Grande Schtroumpfette @ 10:27

J’avais déjà fait des macarons au Torino, mais je profite d’en avoir refait pour mettre la recette.

Je vais aussi mettre la recette que j’ai utilisée cette fois pour les macarons à proprement parler. Ca faisait tellement longtemps que je n’en avais plus fait que je n’étais plus trop sûre de la recette qui me convenait. J’ai donc essayé celle de Christophe Felder que Lilou détaille sur son blog. Je ne mets ici qu’une recette succincte (Lilou a fait un pas à pas très utile si on débute), surtout pour que je m’en souvienne la prochaine fois parce que j’avais rarement réussi aussi bien les macarons !

Pour les macarons

Deux-trois jours avant, séparer les blancs (environ 160 gr) et les mettre filmés au frigo

Préparer le tant pour tant en passant au mixer avant de passer au tamis
– 200 gr de sucre glace
– 200 gr d’amandes mondées en poudre

Monter en neige
– 75 gr de blanc d’oeufs

En même temps, faire un sirop à 118°C avec
– 200 gr de sucre
– 50 gr d’eau

Verser, contre le bord du récipient, le sirop sur les blancs en neige tout en fouettant
Battre jusqu’au refroidissement de la meringue

Mélanger
– le tant pour tant
– 75 gr de blanc d’oeufs
– éventuellement le colorant (gel ou poudre)

Ajouter en deux ou trois fois la meringue et macaroner jusqu’à la bonne consistance

Cuire 14 min à 140°C (à voir selon le four, Lilou les cuit par exemple 3 min de plus) sur deux plaques superposées.

Pour la ganache

Faire bouillir
– 100 gr de crème

Hors du feu, ajouter
– 200 gr de Torino en morceaux

Laisser refroidir avant de garnir les coques

 

Macarons Mojito 19 juillet 2017

Filed under: Côté cuisine,Desserts - douceurs — Grande Schtroumpfette @ 16:58

Les vacances des enfants ne m’aident pas à passer par ici. Mais la semaine passée, j’étais motivée à refaire des macarons (ce qui ne m’a pas non plus aidée à trouver du temps pour internet…). Ca fait tellement longtemps que je n’en avais pas fait que j’avais oublié comme c’était long, d’autant que j’en ai fait directement trois sortes. Mais au moins les compliments valaient bien le temps passé à la cuisine !

J’avais envie d’une idée un peu originale et je savais que je trouverais mon bonheur chez Lilou. Je n’ai pas été déçue et ai vite craqué sur le fourrage façon Mojito.

J’ai pris sa recette de base que j’ai un peu modifiée en ayant vu ci et là deux idées qui m’ont bien plu : un petit morceau de citron vert et de la gelée de rhum. La gelée de rhum permettait également de facilement laisser de côtés quelques macarons pour les enfants.

J’ai également trouvé qu’en laissant infuser la menthe dans la crème, le goût n’était pas assez présent et masqué par celui du chocolat blanc. J’ai donc écrasé des feuilles de menthe avec un peu de jus de citron vert dans le mortier. J’en ensuite filtré le résultat (peu appétissant il faut avouer… et d’où la couleur un peu verdâtre de ma ganache) et j’ai trouvé le résultat plus satisfaisant. A refaire, je pense que je laisserais infuser plusieurs heures ou même une nuit.

Pour la gelée au rhum

Faire tremper dans l’eau froide
– une feuille de gélatine

Porter à ébullition
– 75 gr de rhum

Ajouter la gélatine essorée, bien mélanger et verser dans un petit récipient
Laisser prendre au frigo et découper des petits morceaux

Pour la ganache

Faire bouillir
– 100 gr de crème

Ajouter et laisser infuser (si possible plusieurs heures)
– 15 feuilles de menthe grossièrement déchirées

Filtrer et remettre à chauffer, puis verser sur
– 150 gr de chocolat blanc en morceaux
– 1 cc de jus de citron vert

Laisser prendre au frigo

Pour le montage

A la poche à douille, mettre un peu de ganache sur une coque

Ajouter un petit morceau de suprême de citron vert et un bout de gelée

Recouvrir de ganache et refermer avec la deuxième coque

 

Gâteau zizi 9 juillet 2017

Filed under: Côté cuisine,Gâteaux rigolos — Grande Schtroumpfette @ 10:12

J’ai adoré faire ce gâteau pas trop sage, mais pas trop osé quand même !

J’en avais fait un très semblabe (en plus petit) il y a (déjà !) cinq ans. Par contre, mes Schtroumpfs ont perdu leur innocence entre-temps et ils n’y voient plus un Barabapapa.

Alors quand on m’a demandé de faire un gâteau approprié à l’enterrement de vie de garçon de mon frère, j’ai vite eu une idée de ce que j’allais pouvoir faire. L’idée du string en léopard n’est pas de moi, mais du copain organisateur et j’ai tout de suite adhéré ! Le drapeau italien est un clin d’oeil au conjoint.

Pour éviter les découpes inutiles, j’ai bricolé un moule en alu. Cette fois-ci, je n’ai bien sûr pas pu faire un moulage… Mais la forme étant simple, c’était fastoche et ça a parfaitement fonctionné. Je n’ai eu que des retouches minimes à faire.

Je me demande toujours comment mon frère n’est pas encore devenu un Ragusa géant avec tous ceux qu’il ingurgite, j’ai donc fait un gâteau au Ragusa, fourré aux morceaux de Ragusa, en bidouillant d’autres recettes. Même la ganache est au Ragusa.

Le recouvrement est en massepain et les détails en pâte à sucre.

Il faut dire qu’une fois décoré ce gâteau est bien plus sympa que tout nu !

Faire fondre à feu doux
– 240 gr de beurre

Ajouter et laisser fondre
– 3 Ragusa de 50 gr (normaux pour moi, ou noirs)

Battre en mousse
– 6 jaunes d’oeuf
– 3 blancs d’oeuf
– 180 gr de sucre

Ajouter le mélange beurre-Ragusa

Ajouter
– 240 gr de farine
– 6 cs de cacao

Mettre dans le moule et enfoncer dans la pâte
– 3 Ragusa découpés en 4 ou 5 morceaux chacun

Cuire environ 50 minutes à 180°C

Pour la ganache

Faire bouillir
– 0.75 dl de crème

Verser sur
– 3 Ragusa de 50 gr en morceaux

Remuer jusqu’à homogénéité
Passer quand la ganache est encore très liquide pour ôter les noisettes

 

Croque-monsieur 4 ou 5 étages 7 juillet 2017

Filed under: Côté cuisine,Enfantouillages — Grande Schtroumpfette @ 15:38

Schtroumpf nous a préparé ces croque-messieurs améliorés qui forment du coup un repas complet.

Tartiner
– des tranches de pain toast
– du beurre
– de la moutarde

Ajouter
– une tranche de jambon
– une tranche de fromage
– un ou deux tranches de tomate

Assaisonner avec
– du paprika
– du poivre

Installer les croque-messieurs sur une plaque du four

Faire cuire environ 10 min à 180°C

Pendant ce temps, cuire à la poêle
– des oeufs au plat

Servir en ajoutant les oeufs sur les croque-monsieur

 

La Chute de Berlin, d’Anthony Beevor 1 juillet 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 21:53

C’est presque par hasard que j’ai lu La Chute de Berlin. Mais si je suis tombée dessus par hasard, je suis tout de même intéressée par le sujet (de façon générale et puisqu’on va bientôt à Berlin) et je savais à quoi m’attendre en ayant déjà lu Stalingrad.

Anthony Beevor commence le récit en janvier 1945 au moment où les Russes lancent leur grande offensive sur le front de l’est, et entrent ensuite au pas de charge sur le territoire du Reich, avec tout l’esprit de vengeance qu’on peut imaginer après les crimes perpétrés par les Nazis contre les Untermenschen slaves. Le récit se termine avec la prise de Berlin début mai 1945.

On se rend compte que, comme on peut se l’imaginer, les généraux et autres maréchaux sont souvent assez déconnectés de la réalité du terrain et que la jalousie et la rivalité, entretenues tant par Hitler que Staline, ont poussé à bien des massacres inutiles.

Bien que l’auteur, ancien militaire, détaille beaucoup les mouvements de troupe (qui m’échappent assez souvent il faut avouer), le livre se laisse lire presque aussi facilement qu’un roman.

Le moins qu’on puisse dire est que cet ouvrage est extrêmement bien documenté. Je n’ose pas imaginer le travail que la rédaction d’un tel livre demande…

Les premières pages comportent des explications pour mieux comprendre le fonctionnement des différentes armées. Les dernières regroupent les références (dont j’ai appréciée qu’elles ne soient pas notées en bas de page), les bibliographies et autres informations utiles.

Anthony Beevor a écrit plusieurs autres livres sur les grandes batailles de la Seconde Guerre et si on s’y intéresse, je pense que c’est un très bon moyen de lire à ce sujet.

 

La Fille de Brooklyn, de Guillaume Musso 22 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:43

Je n’avais encore jamais lu Guillaume Musso, mais j’ai réparé cet oubli en découvrant La Fille de Brooklyn sur les conseils de Lilou.

J’ai bien aimé le roman en soi. J’ai trouvé l’intrigue bien menée, jusqu’au bout, alors qu’on croit déjà être au bout avant.

Peut-être pas un gros coup de coeur pour cet auteur, mais j’en lirais volontiers un ou deux autres tout de même à l’occasion.

Du côté des bémols, j’ai un peu eu la désagréable sensation d’une certaine volonté de remplissage pour justifier la version brochée avec des marges très importantes et une police vraiment grande. Du coup, les 450 pages se lisent très vite et la promesse « de nuits blanches » en perspective du 4ème de couverture se ramène plutôt à une petite nuit.

Et pour vraiment chercher la petite bête, les noms coréens semblent mal construits. Mais là, c’est pour pinailler.