Cuisine et Jardin

Ma trépidante vie de maman au foyer

La Chemise, d’Evguéni Grichkovets 14 août 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 07:55

Je reviens de vacances avec plein de belles photos à partager (du moins, je pense que sur les 1500 certaines doivent valoir le coup…). Mais je vais devoir attendre au moins trois semaines avant que mon emploi du temps ne me laisse le temps de les trier.

Juste avant de partir à Moscou, j’ai lu La Chemise d’Evguéni Grichkovets.

J’ai trouvé ce livre très authentique, reflétant bien l’état d’esprit russe pour ce que j’en connais. L’histoire est tout simplement celle d’un homme qui part le matin de chez lui et est obsédé par sa nouvelle flamme et l’état de sa chemise au cas où il aurait l’occasion de voir cette femme.

Et j’ai repensé à ce livre coincée dans les embouteillages moscovites tellement bien décrits !

 

La Vengeance du wombat et autres histoires du bush, de Kenneth Cook 26 juillet 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 15:49

Décidément, j’ai de la peine à tenir ma résolution de garder le blog un peu animé malgré les vacances…

Heureusement que j’ai par contre toujours le temps de lire ! Et cette semaine, j’ai tout particulièrement savouré La Vengeance du wombat et autres histoires du bush de Kenneth Cook.

Ce n’est qu’une demi-surprise puisque j’avais déjà adoré Le Koala tueur et autres histoires du bush du même auteur.

On retrouve à nouveau dans ce petit recueil toute une série d’aventures loufoques et irrésistibles qui arrivent à cet écrivain australien.

Et, encore une fois, l’excellente traduction met vraiment en valeur ces nouvelles.

 

La Chute de Berlin, d’Anthony Beevor 1 juillet 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 21:53

C’est presque par hasard que j’ai lu La Chute de Berlin. Mais si je suis tombée dessus par hasard, je suis tout de même intéressée par le sujet (de façon générale et puisqu’on va bientôt à Berlin) et je savais à quoi m’attendre en ayant déjà lu Stalingrad.

Anthony Beevor commence le récit en janvier 1945 au moment où les Russes lancent leur grande offensive sur le front de l’est, et entrent ensuite au pas de charge sur le territoire du Reich, avec tout l’esprit de vengeance qu’on peut imaginer après les crimes perpétrés par les Nazis contre les Untermenschen slaves. Le récit se termine avec la prise de Berlin début mai 1945.

On se rend compte que, comme on peut se l’imaginer, les généraux et autres maréchaux sont souvent assez déconnectés de la réalité du terrain et que la jalousie et la rivalité, entretenues tant par Hitler que Staline, ont poussé à bien des massacres inutiles.

Bien que l’auteur, ancien militaire, détaille beaucoup les mouvements de troupe (qui m’échappent assez souvent il faut avouer), le livre se laisse lire presque aussi facilement qu’un roman.

Le moins qu’on puisse dire est que cet ouvrage est extrêmement bien documenté. Je n’ose pas imaginer le travail que la rédaction d’un tel livre demande…

Les premières pages comportent des explications pour mieux comprendre le fonctionnement des différentes armées. Les dernières regroupent les références (dont j’ai appréciée qu’elles ne soient pas notées en bas de page), les bibliographies et autres informations utiles.

Anthony Beevor a écrit plusieurs autres livres sur les grandes batailles de la Seconde Guerre et si on s’y intéresse, je pense que c’est un très bon moyen de lire à ce sujet.

 

La Fille de Brooklyn, de Guillaume Musso 22 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:43

Je n’avais encore jamais lu Guillaume Musso, mais j’ai réparé cet oubli en découvrant La Fille de Brooklyn sur les conseils de Lilou.

J’ai bien aimé le roman en soi. J’ai trouvé l’intrigue bien menée, jusqu’au bout, alors qu’on croit déjà être au bout avant.

Peut-être pas un gros coup de coeur pour cet auteur, mais j’en lirais volontiers un ou deux autres tout de même à l’occasion.

Du côté des bémols, j’ai un peu eu la désagréable sensation d’une certaine volonté de remplissage pour justifier la version brochée avec des marges très importantes et une police vraiment grande. Du coup, les 450 pages se lisent très vite et la promesse « de nuits blanches » en perspective du 4ème de couverture se ramène plutôt à une petite nuit.

Et pour vraiment chercher la petite bête, les noms coréens semblent mal construits. Mais là, c’est pour pinailler.

 

Le Koala Tueur Et Autres Histoires du Bush, de Kenneth Cook 19 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 10:02

Alors que je flânais dans le bibliobus à la recherche de lecture, le titre de ce petit recueil de nouvelles m’a tout de suite attirée : Le Koala Tueur Et Autres Histoires du Bush, de Kenneth Cook. Et j’ai bien fait !

J’ai tout simplement adoré ces petites histoires qui mettent en scène la faune (bestiale ou humaine) du bush australien. L’auteur met énormément d’autodérision à raconter les aventures qu’il a vécues.

Kenneth Cook a dit qu’il avait écrit ces nouvelles parce qu’il n’avait pas pu intégrer ces anecdotes vraies mais trop invraisemblables dans ses romans. Et même si elles ont été un peu améliorées, il n’y a certainement pas de fumée sans feu…

Je tiens également à souligner l’excellente qualité de la traduction.

Par contre, heureusement que l’Australie ne fait pas partie de nos prochaines destinations, parce que même les koalas y sont méchants, et on ne parle pas des crocodiles, des cochons sauvages ou des mineurs d’opales !

Dans la foulée, j’ai réservé les deux autres livres de la trilogie parce que j’ai hâte de suivre les aventures d’un kangourou ivre ou celles d’un wombat vengeur !

 

Le Premier Miracle, de Gilles Legardinier 12 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 14:09

Je ne m’étais pas rendu compte que ça faisait un mois tout pile que j’avais un peu abandonné le blog, par manque de temps et de motivation (paradoxalement découragée par tout ce que j’ai en tête de publier).

Je reviens donc ici après un week-end très prolifique en lecture (et en coups de soleil gagnés par la même occasion, c’est fou ce que le temps passe vite quand on est pris dans un livre !).

Le Premier Miracle de Gilles Legardinier m’a tout de suite conquise.

Ce livre ne s’inscrit pas du tout dans la lignée des « comédies de chat » bien connue de cet auteur. Il s’approche plutôt d’un roman publié antérieurement à cette série et que j’avais beaucoup aimé : Nous Etions Les Hommes.

J’avais au départ un peu peur que ce thriller, traitant notamment de l’alchimie, ne dérive vers le fantastique ou la science-fiction, qui sont des genres que je n’affectionne pas vraiment. Mais mon esprit cartésien a été rassuré et a même eu l’occasion d’apprendre des choses bien documentées et réelles sur le nazisme.

Malgré le sujet pas très drôle, les dialogues sont bourrés d’humour grâce aux personnages principaux.

 

La Russie des Tsars, collectif 12 mai 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:48

La Russie des Tsars dresse le portrait de 18 tsars (à comprendre dans le sens large de dirigeants) qui ont marqué la Russie entre Ivan le Terrible et Vladimir Poutine, en passant bien sûr par quelques Alexandre et Nicolas, mais encore Lénine, Staline ou Gorbatchev. C’est très intéressant pour comprendre non seulement l’Histoire de ce pays hors norme, mais surtout ce qu’il est actuellement.

J’ai trouvé la préface très bien écrite. Ensuite, l’histoire de chaque tsar est rapportée par un auteur différent. Ca permet une certaine diversité si l’une ou l’autre des écritures nous convient moins bien, mais en contre-partie ça donne aussi quelques légers doublons.

Dans la première partie, je dois avouer que la fichue manie des monarchies de ne pas faire preuve de beaucoup d’imagination en matière de prénoms m’a parfois égarée…

J’ai bien aimé les deux cahiers de reproductions (de peintures ou photos selon l’époque) pour pouvoir mettre un visage sur les noms.