Cuisine et Jardin

Ma trépidante vie de maman au foyer

La Fille de Brooklyn, de Guillaume Musso 22 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:43

Je n’avais encore jamais lu Guillaume Musso, mais j’ai réparé cet oubli en découvrant La Fille de Brooklyn sur les conseils de Lilou.

J’ai bien aimé le roman en soi. J’ai trouvé l’intrigue bien menée, jusqu’au bout, alors qu’on croit déjà être au bout avant.

Peut-être pas un gros coup de coeur pour cet auteur, mais j’en lirais volontiers un ou deux autres tout de même à l’occasion.

Du côté des bémols, j’ai un peu eu la désagréable sensation d’une certaine volonté de remplissage pour justifier la version brochée avec des marges très importantes et une police vraiment grande. Du coup, les 450 pages se lisent très vite et la promesse « de nuits blanches » en perspective du 4ème de couverture se ramène plutôt à une petite nuit.

Et pour vraiment chercher la petite bête, les noms coréens semblent mal construits. Mais là, c’est pour pinailler.

 

Le Koala Tueur Et Autres Histoires du Bush, de Kenneth Cook 19 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 10:02

Alors que je flânais dans le bibliobus à la recherche de lecture, le titre de ce petit recueil de nouvelles m’a tout de suite attirée : Le Koala Tueur Et Autres Histoires du Bush, de Kenneth Cook. Et j’ai bien fait !

J’ai tout simplement adoré ces petites histoires qui mettent en scène la faune (bestiale ou humaine) du bush australien. L’auteur met énormément d’autodérision à raconter les aventures qu’il a vécues.

Kenneth Cook a dit qu’il avait écrit ces nouvelles parce qu’il n’avait pas pu intégrer ces anecdotes vraies mais trop invraisemblables dans ses romans. Et même si elles ont été un peu améliorées, il n’y a certainement pas de fumée sans feu…

Je tiens également à souligner l’excellente qualité de la traduction.

Par contre, heureusement que l’Australie ne fait pas partie de nos prochaines destinations, parce que même les koalas y sont méchants, et on ne parle pas des crocodiles, des cochons sauvages ou des mineurs d’opales !

Dans la foulée, j’ai réservé les deux autres livres de la trilogie parce que j’ai hâte de suivre les aventures d’un kangourou ivre ou celles d’un wombat vengeur !

 

Le Premier Miracle, de Gilles Legardinier 12 juin 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 14:09

Je ne m’étais pas rendu compte que ça faisait un mois tout pile que j’avais un peu abandonné le blog, par manque de temps et de motivation (paradoxalement découragée par tout ce que j’ai en tête de publier).

Je reviens donc ici après un week-end très prolifique en lecture (et en coups de soleil gagnés par la même occasion, c’est fou ce que le temps passe vite quand on est pris dans un livre !).

Le Premier Miracle de Gilles Legardinier m’a tout de suite conquise.

Ce livre ne s’inscrit pas du tout dans la lignée des « comédies de chat » bien connue de cet auteur. Il s’approche plutôt d’un roman publié antérieurement à cette série et que j’avais beaucoup aimé : Nous Etions Les Hommes.

J’avais au départ un peu peur que ce thriller, traitant notamment de l’alchimie, ne dérive vers le fantastique ou la science-fiction, qui sont des genres que je n’affectionne pas vraiment. Mais mon esprit cartésien a été rassuré et a même eu l’occasion d’apprendre des choses bien documentées et réelles sur le nazisme.

Malgré le sujet pas très drôle, les dialogues sont bourrés d’humour grâce aux personnages principaux.

 

La Russie des Tsars, collectif 12 mai 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:48

La Russie des Tsars dresse le portrait de 18 tsars (à comprendre dans le sens large de dirigeants) qui ont marqué la Russie entre Ivan le Terrible et Vladimir Poutine, en passant bien sûr par quelques Alexandre et Nicolas, mais encore Lénine, Staline ou Gorbatchev. C’est très intéressant pour comprendre non seulement l’Histoire de ce pays hors norme, mais surtout ce qu’il est actuellement.

J’ai trouvé la préface très bien écrite. Ensuite, l’histoire de chaque tsar est rapportée par un auteur différent. Ca permet une certaine diversité si l’une ou l’autre des écritures nous convient moins bien, mais en contre-partie ça donne aussi quelques légers doublons.

Dans la première partie, je dois avouer que la fichue manie des monarchies de ne pas faire preuve de beaucoup d’imagination en matière de prénoms m’a parfois égarée…

J’ai bien aimé les deux cahiers de reproductions (de peintures ou photos selon l’époque) pour pouvoir mettre un visage sur les noms.

 

Les Héritiers du Fleuve, de Louise Tremblay-D’Essiambre 8 mai 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:14

Louise Tremblay D’Essiambre est ma nouvelle valeur sûre en matière de saga familiale québécoise. Je l’ai découverte avec Les Héritiers du Fleuve en deux tomes (dont seul le premier est en photo).

C’est une écriture qui se lit agréablement. Il m’a suffit d’un dimanche tout pluvieux pour dévorer les presque 700 pages du deuxième livre puisqu’il fait partie de ces romans qu’il est impossible de ne pas terminer une fois entamés.

On y suit la vie de plusieurs familles de part et d’autres du Saint-Laurent entre 1887 et 1939. Je suis finalement bien ennuyée pour donner un résumé parce qu’il s’agit « simplement » du quotidien de gens au fond banals. Mais on s’attache très rapidement aux personnages.

J’ai ramené plusieurs kilos de lecture de cette auteur du Salon du livre, je me réjouis de les découvrir !

 

Le Salon du livre de Genève 30 avril 2017

Filed under: Balade,Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 09:45

Comment se fait-il que je ne sois jamais allée au Salon du livre de Genève avant hier ?

Peut-être parce que Genève s’approche du bout du monde pour nous : presque trois heures entre le moment où nous nous sommes préparés et celui où nous y sommes arrivés… Ca aurait été un peu plus rapide en voiture au lieu du train (sans compter la malchance du trajet rallongé ce week-end pour cause de travaux). Mais je n’avais pas envie de conduire si loin et de m’énerver avec le parcage.

Pour cette première visite, j’avais d’abord envisagé d’y aller seule en semaine, mais les Schtroumpfs, mis au courant, ont tenu à m’accompagner. Je ne pouvais décemment pas leur refuser de s’intéresser à la lecture !

Je dois avouer que j’ai été particulièrement motivée quand j’ai vu que le Québec serait l’hôte d’honneur. Mais j’ai fait l’erreur de commencer par leur magnifique stand et de remplir mon sac à dos de sagas historiques et autres romans d’auteurs que je sais déjà apprécier… J’aurais surtout dû rester sur ma première idée de tirer derrière moi mon caddie à roulettes. En même temps, devoir supporter le poids de nos choix m’a aidée à être peut-être à peine plus raisonnable.

Schtroumpf s’est un peu trop cru au bibliobus et j’ai dû lui répéter plusieurs fois que je devais payer (et porter) chaque livre choisi.

Nous avons beaucoup apprécié la chasse au trésor proposée aux enfants sur le thème du papier et de son recyclage. Ca permet aux parents de visiter tout le salon tout en ayant l’air de chercher les différents postes. Et puis, j’ai été vraiment agréablement surprise par la « petite » récompense : chacun deux livres et un foulard du Routard. Signe du destin : Schtroumpf a tiré au sort comme cadeau Geronimo Stilton – Le Mystère des Sept Matriochkas ! Dans le train du retour, j’ai lu ce livre pour enfant qui se déroule à Moscou et y présente les principaux lieux, très intéressant…

Hormis les livres, il y a également de nombreuses animations et pléthores de séances de dédicaces. La halle de l’exposition n’est pas trop grande, j’avais peur d’être découragée, et pourtant tout y est.

Bref, je note les dates pour l’année prochaine ! En attendant, je vais essayer de trouver une petite place pour nos nouvelles acquisitions. Ca risque (encore) de parler littérature québécoise ces prochains temps par ici…

 

Petits Secrets, Grands Mensonges, de Liane Moriarty 29 avril 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 10:04

J’avais adoré Le Secret du Mari de Liane Moriarty et j’ai dû patienter presque cinq mois avant que Petits Secrets, Grands Mensonges ne soit disponible au bibliobus. Mais ce roman valait bien l’attente !

On apprend au début du livre qu’un meurtre a eu lieu lors d’une soirée de parents d’élèves. Puis le livre reprend les événements qui ont conduit à cette tragédie en commençant six mois avant ce fameux soir.

Le récit est entrecoupé de témoignages, recueillis par la police ?, qui donnent leur vision sur les faits après coup.

Plus on avance dans la lecture, plus on découvre les secrets et mensonges des personnages. En tout cas, je déconseille fortement de commencer ce livre si on a prévu de faire autre chose avant de l’avoir terminé !

C’est maintenant que je cherche un lien à mettre sur cet article que je réalise que la série Big Little Lies diffusée il y a quelques semaines en VO sur RTS est tirée de ce livre ! Du coup, je ne regrette pas de ne pas l’avoir regardée, je pense que j’aurais été déçue de ne pas découvrir l’intrigue au fil de la lecture. Peut-être que je la visionnerai dans quelques temps.