Cuisine et Jardin

Ma trépidante vie de maman au foyer

Haricots à la russe 17 octobre 2017

Filed under: Côté cuisine,Divers — Grande Schtroumpfette @ 19:40

Nous avons découvert les haricots à la russe en… Russie. Et depuis Schtroumpf m’en réclame. Comme j’adore également les haricots rouges, je ne me suis pas trop fait prier. Ca ne paye pas trop de mine, mais j’adore !

J’ai un peu modifié la recette du livre de recettes ramené de Russie puisque le plat ne contenait, outre l’assaisonnement que des haricots, alors que nous avions plutôt goûté un plat complet avec saucisse et champignons. Comme nous ne courons pas après ces derniers, je n’en ai pas mis.

J’ai pris des haricots rouges en boîte, ça m’a évité de devoir les cuire. Mais la recette était avec des haricots rouges secs.

Je n’ai malheureusement pas de petits pots individuels qui vont au four, j’ai donc fait dans un plus grand plat, mais en mettant chaleur et vapeur pour éviter que le dessus ne se dessèche, ce qui n’arrive pas avec des petits pots.

Faire cuire à tendreté (ou ouvrir une boîte et égoutter)
– 500 gr de haricots rouges

Faire revenir
– un peu d’huile
– 2 oignons émincés
– 2 cs de concentré de tomate
(- un peu d’eau pour diluer un peu)

Mélanger
– les haricots
– les oignons à la tomate
– 2 gousses d’ail émincées
– sel, poivre
– 2 schublig (ou autre saucisse)

Mettre dans des petits pots et cuire une vingtaine de minutes à 160°C

Publicités
 

김치국 – Soupe au kimchi 26 septembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Divers,Voyage culinaire — Grande Schtroumpfette @ 07:32
떡국 - Tteoguk et 김치국 - Kimchiguk

떡국 – Tteoguk et 김치국 – Kimchiguk

Le kimchi, plat typique coréen de chou fermenté, est (très) fort. On peut aussi le déguster dans cette soupe (dans les bols en verre sur la photo) qui permet de mieux en apprécier le goût sans avoir la bouche en feu.

Faire frire 2 min
– 1 poignée de kimchi (dont la recette va suivre)
– 1 cs d’huile de sésame

Ajouter et cuire 5 min
– 5 tasses d’eau

Ajouter et cuire 3 min
– 1 oignon émincé
– 1 piment (ou un peu de piment en poudre)
– 1 cs de sauce soja
– 2 cs de sucre
– 1 cs d’ail émincé

Ajouter et cuire encore quelques minutes
– 1 oignon de printemps haché
– du tofu à volonté
– 1 courgette en cube

 

떡국 – Tteoguk 24 septembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Divers,Voyage culinaire — Grande Schtroumpfette @ 09:01
떡국 - Tteoguk et 김치국 - Kimchiguk

떡국 – Tteoguk et 김치국 – Kimchiguk

Les tteok sont des gâteaux à la farine de riz, il y en existe une multitude de variétés. Dans cette soupe (dans les bols verts sur la photo) servie habituellement à Nouvel An, il s’agit de tteok salés (ou plus exactement sans trop de goût).

Disons que ce n’est pas le plat qui a récolté le plus de suffrages, mais c’était bien d’avoir essayé. Peut-être que j’ai aussi laissé trop longtemps la soupe au chaud et que les tteok se sont vraiment trop ramollis.

Emincer en fines tranches, faire tremper 10 min dans de l’eau froide et essorer
– 200 gr de tteok salés

Faire cuire jusqu’à tendreté
– 50 gr boeuf mis d’abord à dégorger dans de l’eau
– 5 dl d’eau
– 2 gousses d’ail

Réserver le bouillon
Laisser refroidir le boeuf, le découper en fines tranches

Faire frémir
– le bouillon
– 1/2 cs sauce soja
– 1 cc sel

Ajouter et porter à ébullition
– les tteok

Ajouter sans cesser de remuer
– 1 oeuf battu

Ôter du feu

Garnir la soupe avec
– le boeuf en tranches
– 10 gr d’oignon de printemps haché

 

Des oeufs de Pâques teints naturellement 10 avril 2017

Filed under: Balade,Côté cuisine,Divers — Grande Schtroumpfette @ 16:54

Voilà plusieurs années que je privilégie les teintures naturelles pour les oeufs de Pâques. J’achète des écorces ou des choses comme ça prévues à cet effet.

Il y a quelques semaines, j’ai vu les propositions de Betty Bossi et j’ai trouvé que les couleurs étaient vraiment jolies.

J’ai donc essayé quatre couleurs en préparant les décoctions avec des ingrédients relativement basiques : du chou rouge, du curcuma et des myrtilles.

Sur les photos, les oeufs sont dans cet ordre : trois à la myrtille, quatre au chou rouge, deux au chou rouge et au curcuma, trois au curcuma.

Pour un premier essai, je suis plutôt contente, même s’il y aura des choses à améliorer pour une prochaine fois.

On a essayé de faire des dessins au jus de citron, mais ça n’a pas vraiment marché.

Bleu au chou rouge

Porter à ébullition et laisser mijoter une demi-heure
– 1.5 kg de chou rouge en lamelles
– 1.5 l d’eau

Filtrer et ajouter
– 1 cs de vinaigre blanc

Laisser tremper les oeufs cuits encore chauds dans la décoction entre 2h et 12h

Comme le jus était encore bouillant quand j’ai mis les oeufs, je crois que j’aurais dû les laisser moins longtemps au début pour en avoir des plus clairs.

J’ai aussi fait l’erreur de rincer les premiers avant de les laisser sécher. Mais la teinture était fragile et ça a laissé des traces.

De plus, la couleur bleue magnifique au sortir du bain a attrapé une sorte de varicelle verte plus ou moins importante en séchant.

Il faut aussi peut-être tenir compte que le tour de l’oeuf lui-même devient bleu-vert et que ça peut ne pas être trop appétissant, même si ce n’est que visuel.

Jaune au curcuma

Faire cuire les oeufs directement dans
– 1 litre d’eau
– 2 cc de curcuma

Pour obtenir un dégradé, j’ai utilisé deux casseroles en même temps, l’une avec de l’eau, l’autre avec la décoction au curcuma, et j’ai transféré les oeufs « natures » au fur et à mesure dans le curcuma.

Violet aux myrtilles

Je n’ai pas trouvé de jus de myrtilles, alors j’en ai fait en mettant cuire quelques minutes

– 250 gr de myrtilles
– 2.5 dl d’eau

Mixer et passer

Faire cuire des oeufs, puis les mettre à tremper dans le jus de myrtilles entre quelques minutes et une demi-heure.

Ca aurait peut-être donné plus violet que bleu avec du jus de myrtilles à boire.

Vert au chou rouge et curcuma

Teinter d’abord les oeufs en bleu avec le chou rouge puis les plonger brièvement dans de l’eau bouillante au curcuma. La couleur prend très vite.

 

Nouveaux emporte-pièces 9 décembre 2016

Filed under: Côté cuisine,Divers — Grande Schtroumpfette @ 09:20

img_4898

J’ai de nouveau gagné un concours de Swissmilk ! J’y ai un meilleur taux de réussite qu’à la loterie…

Cette fois-ci, c’était un emporte-pièce ange ainsi qu’une tasse de circonstance. Ce qui tombe bien puisque le biscuit est fait de telle manière à pouvoir y être accroché.

Comme j’avais encore de la pâte à biscuits au chocolat au congélateur, je n’ai pas essayé la recette qui était proposée avec. Mais je vais la tester pour Noël parce qu’elle a l’air vraiment sympa !

J’en ai profité pour étrenner d’autres emporte-pièces à coquin reçus récemment de Swissmilk également. Mais ces derniers (ainsi que la boîte assortie) sont moins le fruit du hasard que la récompense de ma fidélité au beurre suisse (et quand je fais 4.5 kg de pâte feuilletée d’un coup, j’ai facilement les achats requis). J’ai fourré ces coquins de pâte à tartiner maison, autant rester dans le chocolat !

A cause de Nicolas Feuz, je n’ai pas fait un joli glaçage et tout et tout. En même temps, je trouve qu’avec des biscuits au chocolat, le sucre glace va bien.

 

Le meilleur de la cuisine de l’Armée suisse 29 novembre 2016

Filed under: Côté cuisine,Coin lecture,Divers — Grande Schtroumpfette @ 10:24

p1110859

Quand j’ai dit à Grand Schtroumpf que j’avais emprunté un livre de cuisine de l’armée, il a fait une tête bizarre. Quand je lui ai dit que la sélection suisse se distinguait régulièrement dans les concours de cuisine militaire internationaux, il m’a dit que ce n’était certainement pas celui qui le nourrissait quand il y était !

A côté de quelques recettes relativement basiques, les autres sont beaucoup plus élaborées. Il est vrai que la soupe froide de tomates, mousse de tomates bicolore et focaccia au basilic ou le parfait à la primevère avec beignet au fromage frais et fraises marinées ne doivent pas faire partie de l’ordinaire de la troupe…

Il était intéressant de découvrir également l’histoire de la nourriture dans les armées et en Suisse.

J’ai gardé quelques recettes très tentantes sous le coude pour l’occasion !

 

Salade de patates 1 septembre 2016

Filed under: Côté cuisine,Divers — Grande Schtroumpfette @ 17:02

P1110674

J’ai un peu pitié de mon exilé de frère qui doit manger des vers de mer (aussi affectueusement surnommés zizis de chien, ce qui résume bien leur aspect) et des intestins de boeuf à l’autre bout du monde, alors pour son anniversaire, je partage les secrets de ma recette de salade de pommes de terre pour raviver les souvenirs de ses papilles gustatives. Allez, je ne suis pas sympa, nous avons super bien mangé en Corée pendant notre séjour et rien qui ne heurtait nos estomacs occidentaux, il suffit de choisir.

C’est encore une de ces recettes que je fais de tête et à la louche, mais je me suis donné de la peine pour mesurer les ingrédients pour pouvoir donner des instructions un peu plus précises que des approximations.

Cuire à la vapeur en robe des champs
– 1.5 kg de patates à chair ferme

Un peu avant la fin de la cuisson, préparer une vinaigrette avec
– 1.5 dl d’huile (de colza pour moi)
– 0.5 dl de vinaigre
– sel, poivre
– moutarde (un peu plus que pour une vinaigrette normale)

Y ajouter
– 5 dl de bouillon de légumes bouillant (j’utilise du bouillon en poudre, je fais donc chauffer de l’eau et y dissous le bouillon)
– 2 oignons hachés (j’aime bien quand ils ne sont pas hachés trop fins)

Peler et couper les patates en morceaux et les mettre dans la sauce

Quand ça a tiédi, ajouter
– du persil haché

Laisser refroidir puis mettre au frigo, si possible au moins une nuit.

Le secret consiste à peler les pommes de terre encore chaudes et à les mettre tout de suite dans la sauce également chaude pour que les patates s’imbibent bien. Parce qu’une salade de patates sèche est une salade de patates ratée.