Cuisine et Jardin

Ma trépidante vie de maman au foyer

Calendrier de l’Avent à suspendre : le traîneau du Père Noël et ses rennes 1 décembre 2017

Filed under: Bricolage — Grande Schtroumpfette @ 09:21

On est enfin le 1er décembre et les Schtroumps étaient aussi impatients que moi que le calendrier de l’Avent soit installé !

C’est en terminant le calendrier de l’année dernière que l’idée des rennes m’est venue. J’ai donc eu pas mal de temps pour y penser. Même si forcément le résultat n’est pas exactement celui que j’avais en tête.

Pour fabriquer ces rennes, j’ai simplement enroulé du papier crêpe autour d’un rouleau de papier toilette en fermant les deux bouts avec une agrafe (après y avoir mis une petite surprise !). Le plus long a été de découper les pattes découpées dans du papier cartonné à partir d’un gabarit dessiné rapidement.

Pour les têtes, j’ai également dessiné un gabarit avant de découper le papier cartonné. J’ai percé deux trous dans le haut de la tête pour y passer un cure-pipe afin de faire les bois. Encore des yeux mobiles et un petit nez rouge et le tour est joué. Certains ont aussi reçu une clochette accrochée avec un petit fil de fer.

Quant au traîneau, j’ai trouvé un gabarit sur internet que j’ai reporté sur du papier cartonné de circonstance. J’y ai ajouté un petit Père Noël que j’ai acheté, ainsi qu’un mini-coffre qui contient la dernière surprise.

J’apprécie toujours autant de commencer la saison des fêtes en accrochant le calendrier de l’Avent à la fenêtre de la cuisine. Heureusement que les Schtroumpfs m’ont dit qu’ils ne seraient jamais trop grands pour en avoir un !

(Les autres calendriers de l’Avent sur le même principe : assez simple en 2010, des petites pochettes en 2011, des lutins en 2012, des pingouins en 2013, des étoiles en 2014, des maisonnettes en 2015 et des petits sachets en 2016)

 

Oeufs poussins 29 novembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Enfantouillages — Grande Schtroumpfette @ 07:48

Les oeufs mimosa sont toujours très appréciés. Cette fois-ci, ce sont les Schtroumpfs qui les ont réalisés en se basant sur une idée trouvée dans le livre préhistorique de ma propre enfance pour le visuel.

La recette d’origine s’est beaucoup simplifiée depuis que nous avons découvert la mayo-moutarde, comme on l’appelle ici. Elle est juste parfaite avec les oeufs durs !

Plus simple, on meurt !

Ecaler
– des oeufs durs

Couper les oeufs en deux

Retirer les jaunes, et les mélanger avec
– de la mayonnaise à la moutarde

Remettre la farce dans les blancs d’oeufs

Décorer avec
– des morceaux de carottes
– des câpres

 

Jambon au Madère 28 novembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Plats — Grande Schtroumpfette @ 20:35

Voilà une recette rapide et délicieuse que je ne pense pas assez souvent à faire. Elle vient tout simplement du fameux livre neuchâtelois d’économie familiale. Je l’ai un petit adaptée pour les ingrédients que j’avais.

Personnellement, j’aime manger ce jambon avec du riz que je profite d’imbiber de sauce.

Mélanger
– 3 dl de bouillon de boeuf
– 2 cs de concentré de tomate
– 4 cs de Madère
– 2 dl de crème fraîche
– poivre, sel (avec modération selon le bouillon)

Rouler
– une dizaine de tranches de jambon

Les placer dans un plat à gratin
Verser la sauce dessus

Cuire au four une quinzaine de minutes à 180°C

 

Trois chocolats en portion individuelle 25 novembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Desserts - douceurs — Grande Schtroumpfette @ 10:12

J’avais envie de faire un dessert au chocolat, mais également un dessert qui soit en portions individuelles. Je me suis donc dit que la recette de la bûche aux trois chocolats s’y prêterait bien.

Pour donner un air un peu sympa, j’ai réitéré l’idée (lumineuse à mon humble avis) que j’avais eue il y a un mois de monter le trois chocolats « à l’envers » sur un tapis en silicone à relief utilisé normalement pour une bûche. J’avais beaucoup aimé le résultat.

J’ai commencé cette fois à fabriquer des petits « cercles à pâtisserie » avec des feuilles de rhodoïd, des élastiques et des trombones. C’était la première fois que je m’y collais et j’ai tâtonné en essayant plusieurs formes. Au final, je crois que celle que je préfère est celle en forme de goutte (et par ailleurs la plus facile à réaliser).

Pour pouvoir les démouler, du rhodoïd, mais aussi du tapis en silicone, je suis passée par l’étape de la congélation. Ca aurait bien sûr été impossible sinon.

Je voulais faire un fond croustillant, mais je ne me voyais pas découper toutes ces formes différents dans un fond cassant. J’ai donc parsemé la dernière couche de mousse au chocolat de brisures de crêpes dentelles avant d’y verser un peu de chocolat noir fondu. Le résultat a beaucoup plu !

En tout cas je garde de côté l’idée de ces mini-moules, j’ai beaucoup aimé, même si les photos ne leur rendent pas trop honneur. Par contre, c’est forcément (beaucoup) plus de travail qu’un seul gros entremets.

 

Revenir de loin, de Marie Laberge 23 novembre 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 11:16

J’ai déjà lu plusieurs livres de Marie Laberge dont j’ai apprécié la plupart. J’ai donc emprunté avec enthousiasme Revenir de loin.

Le récit commence avec Yolande qui sort du coma. Souffrant d’amnésie, elle va devoir découvrir sa vie dans laquelle elle ne se reconnait pas. Elle ne comprend ni son mari, ni sa fille, et c’est réciproque. D’autant plus quand elle se lie d’amitié avec un jeune, paumé et amputé, rencontré à l’hôpital.

Malgré les succulents dialogues québécois, le manque d’action et l’abondance de réflexions m’ont fait lâcher le livre après 300 pages, à la moitié.

Mais après une pause de quelques jours, j’ai soudain eu envie de le finir et j’ai bien fait. C’est malgré tout un livre qui donne à réfléchir sur la possibilité de saisir l’opportunité de commencer une deuxième vie.

 

Vol-au-vent aux morilles 22 novembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Plats — Grande Schtroumpfette @ 06:58

N’étant pas très amatrice de champignons, je laisse souvent mes invités sur leur faim à ce niveau-là… Cette fois-ci, j’ai voulu faire plaisir aux amateurs.

Avec la pâte feuilletée maison qui me restait encore, j’ai réalisé des coques de vol-au-vent qui ont levé au-delà de mes espérances.

C’est une recette qu’il faudra que je refasse, c’était très bon. Et j’ai beaucoup aimé cette entrée (en laissant mes morilles à ceux qui les apprécient, mais en savourant la sauce !).

Comme je ne cuisine jamais de morilles, je n’avais pas pensé au problème du sable qui parfois s’y trouve. J’ai laissé reposer la sauce pour que le sable se dépose au fond. A refaire, je filtrerais l’eau de trempage.

Pour la sauce aux morilles, j’ai procédé ainsi :

Quelques heures auparavant, faire tremper
– 100 gr de morilles
– moitié eau-moitié lait tiède pour les couvrir

Faire revenir
– 1 échalote finement hachée
– 1 gousse d’ail hachée
– un peu de beurre

Ajouter et porter à ébullition
– 2.5 dl d’eau-lait de trempage
– 2 cs de cognac

Assaisonner avec
– sel, poivre

Ajouter, porter à ébullition, puis laisser réduire un peu
– 2 dl de crème (à sauce éventuellement)

Selon besoin, faire épaissir avec
– un peu de Maïzena à sauce

Verser dans les coques en pâte feuilletée et servir

 

Filet de truite flambé à l’absinthe 21 novembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Plats — Grande Schtroumpfette @ 10:02

J’ai déjà essayé plein de choses en cuisine, mais encore jamais de flamber un plat. J’ai donc requis l’aide de Grand Schtroumpf qui était autant rassuré que moi. Mais après beaucoup de simagrées et d’hésitations, nous nous en sommes très bien sortis sans mettre le feu à rien, même pas aux poils des doigts !

J’ai été tout à fait convaincue et je compte bien réitérer l’expérience du flambage. C’était aussi l’occasion d’utiliser un peu notre absinthe qui doit encore être de contrebande vu la bouteille. C’est dire combien on en consomme… En tout cas, on sentait un léger goût anisé très agréable sans avoir l’alcool.

Ce filet de truite (saumonée ici) est servie avec du riz sauvage et des petits légumes à la crème. J’ai pris des carottes de différentes couleurs, mais comme d’habitude, j’aurais dû éviter la violette qui a un peu déteint sur tout le reste.

Pour les légumes :

Faire revenir 2 min
– 1/2 cs de beurre à rôtir
– 200 gr de petits pois
– 200 gr de poireaux en fines rouelles
– 200 gr de carottes en bâtonnets

Ajouter
– 2.5 dl de crème

Porter à ébullition, cuire une dizaine de minutes à feu moyen jusqu’à onctuosité

Assaisonner avec
– sel, poivre

Pour la truite :

Faire revenir 2 min par côté, puis réserver
– des filets de truite (j’en compte un et demi par personne)

Soit remettre tous les filets de truite dans la poêle si elle n’est pas en téflon, soit (comme moi) garder les filets au chaud dans un plat à gratin en verre.

Faire tiédir dans une petite casserole
– 6 cs d’absinthe

Verser sur les filets de truite et flamber (attention d’éteindre la hotte de ventilation avant !)

Saler les filets et servir

 

Le Lac aux sortilèges, de Maeve Binchy 20 novembre 2017

Filed under: Coin lecture — Grande Schtroumpfette @ 15:32

Je redoute toujours la période entre les vacances d’automne et Noël, mais si les semaines continuent à défiler aussi vite que les deux dernières, on sera aux fêtes de fin d’année avant que ma déprime automnale n’ait le temps de s’installer !

Voici une lecture faite il y a quelques semaines et que j’ai beaucoup appréciée.

J’ai plusieurs livres de Maeve Binchy dans ma bibliothèque, mais c’est la première fois que je lis une traduction et j’en suis tout autant convaincue.

Après l’avoir commencé, il ne faut pas s’attendre à pouvoir reposer Le Lac aux sortilèges avant de l’avoir terminé.

Je suis un peu embêtée pour résumer le livre sans en dévoiler trop ou trop eu. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est une auteur que je recommande sans hésitation. Ses romans sont très agréables à lire tout en étant recherchés, et loin de l’eau de rose.

 

Les inepties des guides de voyage 12 novembre 2017

Filed under: Humeurs — Grande Schtroumpfette @ 08:09

D’habitude, je suis sur ce blog plutôt positive. Si quelque chose ne m’a pas plu, une recette, une excursion ou un livre, j’en parle rarement. Je préfère les recommandations. Mais parfois, j’ai besoin d’un exutoire et c’est le cas ici.

J’adore les livres, y compris les livres de voyage, dont j’ai acquis une certaine collection au fil de nos pérégrinations de ces dernières années. Du coup, je me suis dit que ce serait intéressant d’en avoir aussi sur la Suisse pour trouver des idées de balade puisqu’on a souvent tendance à ignorer ce qui est le plus proche de chez nous.

Concernant la partie touristique à proprement parler, je n’ai pas grand chose à en dire, sauf que je n’ai pas vraiment trouvé ce que je cherchais. Même si Voir a au moins le mérite d’avoir une assez bonne répartition géographique des visites, contrairement au Petit Futé qui ne s’adresse visiblement qu’à des francophones qui auraient peur de découvrir autre chose que la Romandie (et bien sûr surtout Genève ou Vaud) ou Zürich. Et ils auraient tort.

Je suis tombée des nues en découvrant les inepties relatées dans les parties générales. Le Petit Futé parle d’une poste si lente que les Suisses iraient poster leur courrier à l’étranger. Vu que tout le courrier déposé avant la fermeture est distribué n’importe où en Suisse le lendemain, je me demande ce qui pourrait être plus rapide. Moins cher, certainement, mais de là à payer un timbre étranger pour un courrier international, je n’y crois pas une seconde.

Quand à Voir, il cite les principaux partis politiques de Suisse. C’est drôle, ça fait 22 ans que j’utilise très régulièrement, pour ne pas dire toujours, mon droit de vote et c’est la première fois que j’entends parler de la grande majorité des partis cités. Je ne parlerai même pas de la « recette » de la fondue, ni de la page culinaire…

Visiblement ces guides n’ont pas été écrit pas des autochtones, ni même relu par des gens qui savent de quoi ils parlent. Ca me dépasse.

Tout n’est bien sûr pas à jeter, mais après la lecture de ces guides, je suis juste écoeurée. Ecoeurée d’imaginer les âneries que j’ai prises pour argent comptant concernant d’autres pays. Dorénavant, je m’adresserai plutôt aux offices du tourisme. Quant à ces livres, par principe je n’en jette jamais, je les donne, mais là je ne peux m’y résoudre. Ils finiront soit au recyclage, en espérant qu’ils servent à autre chose qu’à d’autres guides de voyage, soit à la cheminée et au moins ils seraient utiles à nous réchauffer avec ce début d’hiver soudain.

 

Солянка – solianka 11 novembre 2017

Filed under: Côté cuisine,Plats,Voyage culinaire — Grande Schtroumpfette @ 09:57

Pour ceux qui sont plus carnivores que piscivores, j’avais prévu une solianka qui ne pouvait que combler les attentes en matière de viande !

Le mélange a l’air assez bizarre, mais cette soupe a eu beaucoup de succès !

Je dois dire que comme j’avais fait en même temps la soupe de poisson oukha, j’ai cru que je m’étais mélangé les pinceaux en recopiant la recette, mais le citron est bien servi avec la soupe à la viande.

Faire mijoter 1h30
– 400 gr de viande de boeuf (j’ai pris du ragoût)
– 3 litres d’eau

Après 1h, cuire à l’étouffée 30 min
– 1 gros oignon haché
– 3 cs de concentré de tomate
– 1 dl d’eau

Ecumer le bouillon, y ajouter
– l’oignon à la tomate
– 4-5 concombres en dés (à défaut de concombres russes, j’ai pris une dizaine de cornichons au vinaigre)
– 1 cs de câpres
– 1 feuilles de laurier
– 500 gr de charcuterie et saucissons déjà cuits en dés (ici du jambon et du schublig, genre saucisse de Strasbourg)
– sel, poivre

Laisser cuire 10 min à feu doux

Ajouter
– des olives vertes et noires
– du persil

Au moment de servir, ajouter dans l’assiette
– 1 cs de crème fraîche
– 1 quartier de citron